Fausse alerte Aethina tumida en France !

Fausse alerte Aethina tumida en France !

Suite à la suspicion de présence d’œufs d’Aethina tumida lors d’une importation de reines en provenance d’Argentine révélée par un laboratoire agréé en Alsace, ci-joint quelques informations en provenance de la DGAl :

  • Les analyses de l’Anses sont non concluantes et ne pourront être refaites par manque de matériel biologique (oeufs),
  • L’Anses évalue cependant le risque d’introduction d’un adulte avec les reines de nul à quasi-nul du fait du respect de la réglementation relative aux importations de reines d’abeilles par l’apiculteur importateur
  • Les ruchers dans lesquels les reines ont été introduites seront inspectés deux fois à un moins d’intervalle pour assurer une surveillance.

Une surveillance programmée va également être mise en place autour de l’aéroport de Marseille, lieu d’introduction du lot sur le territoire national.

Un point d’information a été mis en ligne : http://agriculture.gouv.fr/parasite-des-abeilles-aethina-tumida-suspicion-non-confirmee

Par ailleurs la DGAl rappelle « de prendre contact avec la direction départementale en charge de la protection des populations en amont de toute introduction en France d’abeilles ou de bourdons provenant de l’étranger. Le non-respect de la réglementation expose non seulement à des risques sanitaires, mais aussi à des poursuites pénales.  À titre d’exemple, un apiculteur de la région Occitanie ayant importé au premier trimestre 2018 des reines en provenance d’Argentine et n’ayant pas respecté la réglementation relative aux importations d’abeilles, notamment le contrôle au lieu de première destination de cagettes et d’ouvrières accompagnatrices, fait actuellement l’objet de poursuites pour non respect de la réglementation relative aux importations d’animaux en application de l’article L. 237-1 du code rural et de la pêche maritime. L’ensemble des ruchers destinataires des reines de cet apiculteur ont été placés sous arrêté préfectoral de mise sous surveillance jusqu’à ce que le risque d’infestation par les parasites exotiques Aethina tumida et Tropilaelaps spp. soit écarté. »

Julien VALLON, Responsable Bioagresseurs, ITSAP Institut de l’abeille